Site de l'académie de Versailles

Accueil > Enseignements > Français > Evénements > Première soirée théâtre en 3è

Première soirée théâtre en 3è

par Elèves, Mme Entrevan

Mercredi 8 novembre, les élèves de 3è3 et de 3è5 ont assisté en soirée à la première pièce de théâtre qu’ils verront cette année à la Ferme de Bel Ebat. La pièce est inspirée de l’oeuvre La pluie d’été de Marguerite Duras. Le vendredi qui suivait, nous recevions dans les deux classes Julie Le Lagadec, une des deux actrices de la pièce et Richard Lenormand, notre partenaire culturel à la Ferme de Bel Ebat. Impressions des élèves...

Mercredi 8 novembre au soir, en rentrant dans la salle je me suis posé énormément de questions en constatant le décor : il y avait plein de dessins un peu partout au sol, en plus une dame épluchait des patates on ne savait pas pourquoi. Mais dès que la pièce a commencé, du début jusqu’à la fin j’étais très concentré dans l’histoire de ce garçon. J’ai beaucoup apprécié ce remixe en quelque sorte du texte original de Marguerite Duras, par la façon dont les acteurs jouaient. Ensuite, le vendredi, la rencontre avec l’actrice et le producteur m’a permis d’éclaircir les petites incompréhensions que j’avais eu lors de la pièce. J’ai beaucoup aimé cette rencontre comédiens/élèves, je me sentais plus proche de l’actrice. (Aleksander 3è5)

L’histoire de cette pièce raconte la vie d’Ernesto. C’est un enfant surdoué vivant dans une famille pauvre à Vitry-sur-Seine à côté d’une autoroute et d’un terrain vague. Ses parents sont des immigrés qui n’ont jamais travaillé. Ils n’ont pas envoyé leurs enfants à l’école et les laissent totalement libres. Ils sont obligés de scolariser Ernesto. Celui-ci ne reste à l’école que 10 jours à l’école. Car il est obligé d’ « apprendre des choses que je ne sais pas ». Il a tout appris tout seul : à lire, les connaissances de primaire, du collège, du lycée et de l’université. Il est passionné de physique-chimie. Mais il a toujours peur. Il a un frère ainé, Vladimir, qui est mort, sa sœur Jeanne et ses « brothers et sisters ». On ne connait pas leur prénom. Ernesto a un âge compris entre 10 et 20 ans. J’ai beaucoup apprécié cette œuvre car elle m’a donné l’impression que cette histoire n’est pas liée au réel. (Olivier 3’5)

C’est l’histoire d’un jeune homme nommé Ernesto, qui consacre beaucoup de temps à ses "brothers" et "sisters" jusqu’au jour où il va trouver un livre qu’il va pouvoir lire sans savoir lire. Plus tard, il va refuser d’aller à l’école avec comme argument, je cite : "On m’apprend des choses que je sais pas". Dans cette pièce Ernesto remet aussi en cause la façon d’apprendre imposée aux enfants, et l’autorité des adultes envers les enfants. En classe, nous avons fait ressortir plusieurs thèmes et celui que l’on a choisi portait sur "Dieu" et la "Spiritualité". Nous n’avions pas bien compris le rapport entre Dieu, le livre brûlé et le tableau de l’univers. Du coup, pendant notre rencontre avec l’artiste, nous lui avons posé nos questions. Grâce à ses réponses, nous avons mieux compris la pièce. Elle nous a "éclaircis" en nous expliquant qu’Ernesto considérait le livre brûlé comme la Bible, grâce à l’histoire sur un roi berger et son troupeau, et qu’il essayait de comprendre le monde raconté dans ce livre, en vain ainsi que la façon dont Ernesto avait crée le tableau de l’univers : en faisant le mélange entre ses connaissances intellectuelles et celles acquises de l’école. Cette rencontre avec l’artiste, qui jouait Ernesto lors de la pièce, nous l’avons trouvée sympa et très enrichissante : nous avons pu étudier la pièce de théâtre en profondeur grâce aux explications sur les thèmes des autres groupes en plus du nôtre. Au final, nous avons aimé cette sortie théâtre, les différents messages que Marguerite Duras a voulu faire passer, à travers les répliques des personnages, nous sont apparus clairement. Cette pièce était très bien jouée, intéressante et magnifique à voir ! (Anaëlle 3è5)

La pièce de théâtre Pluie d’été de Marguerite Duras, vue le mercredi 8 novembre, était étrange. En effet, le mode de vie de la famille, la relation entre le frère et la sœur donnent une atmosphère particulière à la pièce. La scène se déroule en bi-facial. Elle est jouée par deux actrices. Chacune d’elles ont plusieurs rôles. La première joue la mère, la sœur et l’instituteur. La seconde a le rôle du père et d’Ernesto. La pièce est construite autour de la phrase dite et écrite par Ernesto : "Je ne veux pas aller à l’école, car on m’y apprend des choses que je ne sais pas". En classe, j’ai étudié les thèmes de la nourriture et des connaissances, qui nous ont permis de poser des questions à l’une des actrices. J’ai beaucoup aimé cette séance de discussion car nous avons échangé différents points de vue sur certains éléments de la pièce. Cette pièce ne m’a pas laissée indifférente, car elle fait réfléchir sur les apprentissages des enfants à l’école. J’ai aimé les jeux des actrices, des lumières et les bruitages. (Lilou 3è3)

En revanche, on ressentait des liens très forts entre la mère et le fils et le frère et la sœur. Par exemple : l’amour que la mère porte encore à l’un de ses fils mort, Vladimir, le pacte de sang entre Ernesto et sa sœur, l’attachement de la mère envers son fils Ernesto, lorsqu’il dit vouloir partir de la maison pour aller à Paris à l’université. J’ai trouvé que la phrase de la pièce, « On m’apprend des choses que je sais pas », surprenante car il m’a semblé logique que si l’on va à l’école, c’est pour apprendre des choses que l’on ne sait pas. De plus, j’ai pensé qu’il serait bien qu’Ernesto aille à l’école car il a oublié la négation dans sa phrase. (Clémentine 3è3)

Dans la pièce intitulée Pluie d’été, j’ai bien aimé le jeu de scène des comédiens mais surtout la proximité entre les comédiens et les spectateurs. Les personnages évoluent rapidement dans l’obscurité et utilisent un long mur d’ardoise pour communiquer. Au début de la représentation, j’ai eu un peu de mal à me « mettre dans le bain » mais au fil du temps, j’ai bien aimé le côté humoristique de la pièce. Je me suis attachée au personnage d’Ernesto. C’est un garçon touchant qui ne veut plus aller à l’école parce qu’on lui apprend des choses qu’il ne sait pas. Il va donc s’instruire tout seul. Avec ma camarade, nous avons étudié le thème : la famille. Nous avons eu la chance d’échanger avec la comédienne qui jouait le rôle d’Ernesto. Nous lui avons la question suivante : « Pourquoi la mère est elle choquée lorsqu’Ernesto lui annonce qu’il devra sûrement aller à Paris pour étudier dans des prestigieuses universités ? » Voici ce qu’elle nous a répondu : « La réaction de la mère d’Ernesto est tout à fait normal. Depuis qu’il est tout petit c’est elle qui lui apprend tout. Son fils est passé à l’âge adulte en peu de temps. C’est un enfant surdoué qui comprend tout sans apprendre. Elle ne veut pas qu’il parte. Ernesto et sa mère sont très complices, très fusionnels » Ensuite nous lui avons demandé : « pourquoi Ernesto porte t-il autant d’attention à ses brothers et sisters ? » Voici ce qu’elle nous a répondu : « Ernesto est très proche de ses frères et sœurs. Il les a vus grandir et s’est beaucoup occupé d’eux lorsque ses parents étaient absents. Il existe une réelle passion amoureuse entre frère et sœur. (Sharone 3è3)

La pièce Pluie d’été de Marguerite Duras raconte le quotidien d’une famille dans les années 1980, à Vitry. Nous ne savons pas beaucoup de choses à propos des parents du personnage principal, seulement que sa mère est russe et son père italien. Nous ne connaissons pas leurs prénoms. Ils ont de nombreux enfants, dont Ernesto, l’aîné de la famille. Il est très protecteur envers ses frères et sœurs. Il n’est jamais allé à l’école. Toutefois, un soir, il découvre un livre qui participera à son éducation. Il va en effet apprendre à lire en très peu de temps. Ses parents vont l’inscrire à l’école et celui-ci reviendra le soir en disant à sa mère, cette phrase très importante de la pièce : " Je veux plus retourner à l’école car on m’apprend des choses que je sais pas". Cependant, la confusion des personnages m’a posé problème tout au long de la pièce. J’ai donc trouvé très enrichissante l’intervention de la comédienne interprétant Ernesto, cela m’a permis d’éclairer certaines choses incomprises. (Sjann 3è5)

J’ai particulièrement travaillé sur le thème de la nourriture et de la connaissance d’Ernesto. Lors de la pièce, nous voyons la mère qui passe ses journées à éplucher des patates. La raison donnée par Julie une comédienne de cette pièce qui est venue dans notre classe est que c’est un aliment pas cher et que les enfants aiment. De plus, nous nous sommes demandés comment Ernesto avait appris à lire tout seul, peut-être est-ce le livre si unique, nous n’avons pas de réponse, c’est à chacun de se faire son idée. Finalement, j’ai bien aimé l’interprétation de l’œuvre de Marguerite DURAS cependant, j’ai eu du mal à différencier les différents personnages avec seulement deux actrices mais j’ai beaucoup aimé le fait que l’on soit très proche de la scène. (Esther 3è5)

J’ai trouvé que d’aller voir cette pièce de théâtre était une bonne idée. J’ai trouvé la pièce de théâtre très intrigante, l’histoire en elle même est très intrigante. J’ai beaucoup aimé tous les thèmes. Il y en avait certains dont je n’en comprenais pas le sens au début mais au fur et a mesure la pièce était de plus en plus claire. Ce que j’ai le plus aimé c’est de chercher le contexte de certains thèmes comme celui de l’arbre. Au début pour moi c’était celui que je comprenais le moins et surtout celui sur lequel je me posais le plus de questions : c’est pour ça que j’ai voulu travailler sur ce thème et à force de réfléchir, j’ai pu comprendre que l’arbre représentait ces racines, tout ce qui faisait qu’Ernesto soit comme ça car l’arbre le représentait lui et représentait aussi le fruit de ses connaissances car à un moment dans la pièce, l’arbre était dessiné et par dessus l’arbre, Ernesto a écrit plusieurs formules de physique. Je pense aussi que l’arbre représente ses racines car l’arbre est toujours relié à la carte de la ville dessinée sur le sol par Ernesto et c’est la ville où il a toujours habité. Grâce à la rencontre avec l’actrice qui jouait Enesto dans la pièce, j’ai pu comprendre plus de choses par rapport à cette pièce car elle a su répondre à toutes nos questions. L’arbre peut représenter Ernesto et ses racines. L’arbre est relié à ses racines car on peut voir que l’arbre est dessiné sur le sol, et la carte au sol représente ses racines, et toute sa vie, car il y vit depuis toujours. On peut aussi voir que l’arbre a une grande importance pour lui car il y fait souvent allusion ; pour lui, l’arbre peut représenter aussi le fruit de ses connaissances. (Ingrid et Laura 3è3)

Personnellement, j’ai trouvé cette entrevue très intéressante : l’actrice répondait à nos questions ce qui était très bien. Elle nous expliquait son point de vue sur la fin , sur la famille : par exemple que l’on ne savait pas qui étaient vraiment les parents, qu’on ne connaissait pas leurs vrais prénoms, ni qui était vraiment l’aîné avant qu’il ne meurt. J’ai vraiment apprécié cette intervention. (Hugo 3è5)

Il y a une relation d’amour entre Ernesto et Jeanne. Jeanne ne vit que pour Ernesto. Ils faisaient des pactes de sang pour marquer leur amour. On comprend que Jeanne ne supportera pas le départ d’Ernesto. Les actrices ont très bien joué cette pièce. L’œuvre de Duras est originale. Il y a beaucoup d’éléments différents de ma vie : les enfants ne vont pas à l’école, ils sont libres, Ernesto apprend tout seul. (Olivier 3è5)

Le pacte du sang démontre la relation fusionnelle de Ernesto et Jeanne. Lorsqu’elle apprend son départ, elle était tellement perturbée par cet évènement qu’elle lui a dit qu’elle préférait qu’il meurt. Ernesto a confié à sa mère son plus gros secret : l’abandon de l’école, ce qui démontre aussi sa relation proche avec sa mère. Ce passage de la pièce nous a prouvé l’amour entre lui et sa famille, cette pièce était étrange mais les acteurs étaient très compétents. (Manon Zara Elouan 3è3)

Portfolio


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Site du collège Hélène Boucher, Voisins le Bretonneux (académie de Versailles)
Directeur de publication : Philippe Lumat