Site de l'académie de Versailles

Accueil > Enseignements > Français > Sorties > Concert narratif sous casques pour les 3èmes1

Concert narratif sous casques pour les 3èmes1

par Elève, Mme Entrevan

Mardi 17 mars, la classe de 3èmes1, accompagnée par Mme Coutanson leur professeur de musique et Mme Entrevan en Français, est allée voir Histoire de Clara : ce concert narratif sous casque de la compagnie Miczzaj a gagné le prix international jeune public Momix 2012. La classe vous livre ses impressions :

Nous sommes allés à un concert narratif à la Ferme Bel Ebat (Mamadou). Au début, nous avons été surpris car nous avons dû nous asseoir par terre sur des coussins où se trouvaient des casques (Titouan).

Les sons étaient modifiés dans les casques (Mamadou). L’artiste Olivia Kryger nous parlait et deux musiciens, Pierre Baradoux et Laurent Sellier, faisaient les bruitages à côté (Lucie). Les deux musiciens avaient à la fois des instruments à cordes et des tables de bruitages, des tables de mixage et des ordinateurs (Miguel). Les bruits changeaient grâce aux ordinateurs (Chloé P.) On avait l’impression que les sons étaient improvisés (Mounia). Tous ces instruments modernes formaient une ambiance étrange (Victor). Avec le casque, on se croyait tout seul dans la salle (Mathias).

La comédienne prenait des voix différentes, des voix de femmes et d’hommes, et même d’enfants qui ont croisé la petite Clara(Angéline). Elle mettait sa bouche proche de son micro pour qu’on sente bien les intonations de sa voix (Chloé P.) Nous étions choqués par l’intimité que cette proximité du son créait (Miguel). J’avais même un peu peur de cette expérience nouvelle où nous nous trouvions quasiment dans le noir (Chloé P.). L’histoire n’était racontée que par la voix (Titouan) des différents personnages (Lucie).

L’histoire de Clara racontait l’histoire d’un bébé pendant la seconde guerre mondiale : c’était bien dans la continuité de nos cours, de notre programme d’histoire (Chloé R.)

Au début, c’est la maman de Clara qui nous raconte sa vie car elle et sa famille sont Juifs, comment ils peuvent vivre et surtout leur arrestation (Miguel). La mère laisse son bébé, Clara dans l’ascenseur lors de la rafle que la famille subit dans l’immeuble. C’est une vieille dame au quatrième étage qui récupère le bébé (Charlène). Devant le couffin, la vieille hésite à prendre le bébé, elle panique, elle ne sait pas quoi faire (Mamadou). Puis elle amène le bébé dans un couvent pour qu’il soit protégé (Charlène). Je n’ai pas compris pourquoi la bonne sœur ne gardait pas le bébé. Elle aurait pu car il aurait été protégé dans le couvent (Chloé P.)

La bonne sœur emmène ensuite le bébé à la campagne chez son cousin qui sera la quatrième voix (Maxence). Le cousin voit Clara grandir et commence à s’y attacher (Titouan). Mais des soldats allemands viennent la prendre pour la ramener à la préfecture. L’un des soldats a pitié du bébé et le laisse près d’une croix en pierre, au bord de la route (Charlène). C’était un musicien qui faisait la voix du soldat allemand à ce moment-là (Mamadou).

Ce sont deux vagabonds qui récupèrent alors le bébé, Albert et son acolyte (Victor). Après Clara est confiée à une sorcière, une sorte d’ermite (Mamadou) qui cache déjà un autre Juif, Simon (Charlène). A la fin, la toute petite fille est confiée à une dame dans un orphelinat (Miguel). Elle semble retrouver sa sœur Rachel, détruite intérieurement par sa vie dans les camps de concentration (Angéline)

L’actrice était vraiment épatante d’avoir retenu autant de textes et même après le spectacle quand j’avais reposé mon casque, j’étais encore dans le monde que les artistes avaient créé (Mounia). Les sons à proximité amplifiaient nos sentiments (Maxence). En fermant les yeux, on voyait vraiment les images de l’histoire se dérouler dans notre tête (Chloé R.)

Portfolio


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Site du collège Hélène Boucher, Voisins le Bretonneux (académie de Versailles)
Directeur de publication : Philippe Lumat